Et vous, que feriez-vous s’il y avait la guerre ? (Joyeux Noël)

Wé, j’avais envie de vous mettre dans l’ambiance, là.
En même temps, ça fait 2 jours que je ne sais pas quoi vous écrire tellement tout ce que je vois défiler sous mes yeux est d’un négatif affolant.
Visiblement, la trêve de Noël, ça ne marche pas pour la bêtise.

Entre la course à l’armement nucléaire lancée par D. Trump, les images de civils évacués d’une Alep dévastée et les images, qui en rappellent tellement d’autres, du marché de Noël sinistré à Berlin, j’ai un peu de mal à me mettre dans l’ambiance de Noël. Lire la suite

Calendrier de l’avent : Jour 9, où il est question de publicité Facebook pour critiquer une décision de justice

(Cet article fait partie de la série « Calendrier de l’Avent », pour retrouver les explications et l’article du Jour 1, c’est par ici)

On parle souvent de la révolution industrielle, on l’a tous étudiée, dans tous les sens : de son émergence à la manière dont elle a irrémédiablement changé la société dans laquelle nous vivons. Cela fait l’objet de nombreux cours au lycée, et le petit de l’Homme voit d’ailleurs déjà cette matière du haut de ses mêmes pas 13 ans.

On parle beaucoup moins de la révolution que nous sommes en train de vivre : celle d’internet. Lire la suite

Parler d’amour par temps de haine – mort d’une grand-mère

On ne se voit pas vieillir.
Et on voit encore moins vieillir ceux que l’on aime.

Ou du moins, on ne voudrait pas le voir.

Il ne restait que peu de personnes dans mon entourage de la génération qui a connu la guerre.

Et la dernière vient de partir…
En ces temps troublés, c’est un dur rappel à la réalité.

J’ai toujours eu cette chance d’avoir autour de moi des gens pour me mettre en garde contre la violence des mots, le danger du rejet et de la haine de l’autre.

Ils l’avaient appris à leur corps défendant.

Et ils ne voulaient pas que cette violence s’abatte à son tour sur leurs enfants et petits-enfants.

Comment parler d’amour en ayant connu la haine ? Lire la suite

Sous les pavés, la plage

(NDLR : cet article est en lien avec un autre article posté le 29 avril dernier à l’occasion de mon 43ème anniversaire -argh-, si vous l’avez lu vous comprendrez le lien entre la plage, les pavés, toussa… Allez, voici le bilan !)

Wé, j’ai joué mon caliméro pour mes 43 piges.
(Je fais ce que je veux, je suis sur mon blog)
Cette nuit-là, j’ai longtemps hésité à poster quelque chose, j’ai écrit au bas mot 4 articles et les ai tous effacés. Et puis, j’ai posté le dernier, celui que vous avez probablement lu. En me disant que j’allais allègrement le regretter.

Et je n’ai rien regretté du tout.
Mon côté petit canard noir à coquille d’œuf a été accueilli avec une incroyable bienveillance, même dans les réponses « coup de pied au cul ».
J’aurais raté quelque chose de ne pas l’avoir écrit.

Lire la suite

Cessez de pleurer, amis de droite !

Oui, là, j’avoue, j’ai eu de solides fous rires ces deux derniers jours devant le catastrophisme paniqué de certains.

La merveille que sont les réseaux sociaux m’a fait découvrir la future série à succès du moment, elle s’appelle « La France est perdue ! » (déjà sur vos écrans)

La première fois que j’ai lu cette assertion, j’ai été étonnée.

La deuxième fois, je n’ai pu empêcher un mouvement d’agacement devant une telle dramatisation.

La troisième fois, j’ai éclaté de rire, cela devenait un running gag.

Ca me rappelle les mêmes assertions il y a 5 ans. La France courrait à la catastrophe si on élisait Sarkozy. Il a été élu, et bien, je vais vous sortir un scoop : la France est toujours là.

Du coup, permettez-moi de vous sortir le scoop du futur : dans 5 ans, la France sera encore et toujours là ! Wé, vous l’aurez lu ici en premier ! Lire la suite