44 ans moins un jour

Yep, de retour.

Mais pas pour longtemps.

Je voulais tout d’abord m’excuser de ne pas avoir été jusqu’au bout de mon défi fin décembre, plusieurs choses m’en ont empêché, que je ne ai pas vraiment envie de détailler ici, mais qui étaient assez importantes pour que je perde toute envie d’écrire encore un mot sur ce blog.
Ecrire est un exercice compliqué (surtout écrire en public, je ne parle pas d’écrire juste pour soi, ça, c’est un autre problème) qui demande pas mal d’énergie, de temps et de travail. Ca demande aussi un peu de souffrance, parfois. J’accepte complètement cette règle du jeu, mais si le niveau de souffrance devient bien plus élevé que le plaisir ou les bienfaits que vous pouvez retirer d’une écriture publique, je pense que le jeu n’en vaut plus la chandelle, ni l’énergie. Il y a clairement une certaine forme de masochisme à l’écriture (du moins, pour moi, n’hésitez pas à me donner votre avis sur le sujet…), mais si cela devient une souffrance intenable, là, c’est clairement maladif et il faut se poser des questions.
Donc, j’ai arrêté. Mon masochisme a des limites et ça, c’est une bonne nouvelle ! Lire la suite

A toi qui as 13 ans

Mon amour,

Oui, c’est à toi que j’écris.
Suite à mon texte de l’année passée où je faisais savoir que dorénavant je n’allais plus écrire sur toi dans ce blog, tu m’as demandé pourquoi je n’allais plus le faire…

« Parce que tu es grand, et que cela te dérange peut-être que j’écrive des choses sur toi… »

Je me suis entendu répondre :

« Non, ça ne me dérange pas. C’est rigolo de lire les histoires du petit de l’Homme. Et non seulement cela ne me dérange pas, mais en plus, j’aime ça. J’ai l’impression de mieux comprendre ce que tu veux me dire quand tu l’écris sur ton blog, ça m’explique mieux les choses… »

« Alors, je peux continuer ? »

« Oui. »

Alors, je continue, tu vois.
Mais au lieu d’écrire un article de blog, c’est à toi que j’écris.
A toi qui as 13 ans aujourd’hui.
A toi qui es à l’origine de ce blog, ouvert il y a 9 ans. Lire la suite

Calendrier de l’avent : Jour 8, Quoi, Instagram c’est pas la vraie vie ?

(Cet article fait partie de la série « Calendrier de l’Avent », pour retrouver les explications et l’article du Jour 1, c’est par ici)

Il y a plus de 5 ans (très précisément le 18 mars 2011), je débarquais sur Instagram.
A l’époque, on était 3 pelés, 2 tondus et l’ambiance était plutôt (très) bon enfant. Et très anglophone (les profils francophones se comptaient sur les doigts de la main). Pouvoir documenter sa vie rien qu’en photo avait quelque chose de gentil, doux, tranquille. Pas de polémique, pas de concours, pas d’attaque. Pas de grand discours, ni de grand débat. Reposant. De quoi accrocher au concept immédiatement.

Et j’ai accroché.

Les gens qui y ont suivi mon profil, ont suivi mes voyages, mes sorties, mes délires.
Dans des photos pas toujours hyper léchées, mais néanmoins, merci les filtres, jolies malgré mon manque évident de talent photographique.
Mon but n’était pas de faire carrière dans la photo, mais de faire partager les petits moments de bonheur de ma vie, leurs délires, et parfois leur magie, aussi.

Et ça me convenait très bien comme ça.
Lire la suite

Calendrier de l’avent : Jour 7, un rêve à la fois

(Cet article fait partie de la série « Calendrier de l’Avent », pour retrouver les explications et l’article du Jour 1, c’est par ici)

Bon, ok, j’écris des articles à rallonge et pas toujours très drôles pour l’instant. Je sais. En même temps, l’année fut moyennement hilarante, ceci explique peut-être cela.

Néanmoins, j’ai fait une petite promesse à une amie (Marina, si tu passes par là !) d’écrire des articles « feel good » ou, comme elle les tague si bien, #spreadlove. Il y en aura dans ma série de ce mois (et en janvier aussi, New York, c’est un endroit « feel good » pour moi, justement !)… Mais pourquoi attendre plus longtemps ? En voici un !

Là, je suis en train de me faire un best of des musiques Disney (oui, je n’écoute pas Disney en général, mais mon neveu et ma nièce sont venus passer un peu de temps à la maison et je les voyais mal écouter la playlist du petit de l’Homme… Même si ma nièce est complètement folle de son cousin, je doute que ses 5 ans à elle se voient réjouis par le goûts musicaux de ses 13 ans à lui) et dans ce best-of, il y a une chanson qui me rappelle des moments délirants entre potes (oui, il y a moyen de délirer sur « La chanson de la pluie » entre potes, croyez-moi sur parole) et c’est avec ce fond musical que je vais vous raconter un rêve réalisé.

On a tous des rêves un peu « carte postale ». Du genre qu’on se dit qu’on aimerait bien faire, mais qu’on ne fera peut-être jamais (et je ne vous parle pas de regarder « Bambi » en chantant clap-clip-clap-petite-pluie-d’avril bourrés, là).
Je me suis mis comme but (oui, on a les buts qu’on peut dans la vie) d’en réaliser quelques-uns. Tous, je sais d’emblée que ce ne sera pas possible, mais j’ai fait une short list ! Lire la suite

Calendrier de l’Avent : Jour 1, présentation

Ce matin, j’avais la ferme intention de m’acheter un calendrier de l’avent.
Je ne suis pas fan du truc d’habitude, mais en ces temps pas hyper marrants, j’avais envie de me raccrocher à quelque chose en attendant la chaleur de Noël…
Comme je n’aime pas le chocolat (ne prenez pas cet air effrayé, c’est pas contagieux), j’avais visé un calendrier plus sympa et qui ne proposait pas de se bâfrer jusqu’au 24 décembre. Sauf qu’en arrivant comme une fleur, tout sourire, au magasin censé le vendre, je me suis retrouvée devant une vendeuse péremptoire : « Ouhlà, non, on est en rupture de stock, madame, ils devaient être vendus avant le 1er décembre, évidemment ! »

Evidemment.
Chuis con, moi. Lire la suite

41 is the new 18

(Traduction pour les allergiques à la langue de Shakespeare : « 41 est le nouveau 18 », je suis certaine que cela vous paraît d’un coup plus lumineux!)

29 avril 1991, je fête mes 18 ans.
(Bon, je ne vous dirai pas où, ni comment, il est des choses honteuses qu’on préfère ne pas rendre publiques)
(Et que les personnes qui savent ou, pire, qui étaient là ce jour-là, aient la bonté d’âme de garder l’info pour elles, hein ! Ou je vous dénonce aussi !)
Lire la suite

Dis 2013, tu peux arrêter d’être toute pourrie ?

Alors, en fait, je devrais être en train de vous faire un article de rentrée tout beau, tout bleu, tout lumineux. Qui vous parle de l’été magnifique que j’ai passé, entourée d’amis, d’amour, de rires, de grains de sable, d’eau fraîche et de verres de vin. Un truc magique qui fasse un peu rêver, qui vous fasse vous dire que, oui, la mocheté de ce monde, c’est possible de la tenir à distance. De la virer même presque de sa vie à force d’étoiles, de délires et de rencontres.

Ouais.
Je pourrais.
Parce qu’en plus, j’y crois dur comme fer et que ça s’est exactement passé comme ça.
La vie puissance 1000, qui vous laisse un goût de bonheur en bouche bien après que les événements se soient passés.

Oui.
Mais justement, la vie puissance 1000, elle laisse pas QUE des traces de bonheur, la vache.
Ben évidemment, sinon ça serait pas « puissance 1000 », chuis con.
Lire la suite

Des envies, des envies, des envies…

(ce texte est dédié à une amie qui, par sa force, son authenticité et son envie d’aller de l’avant, m’a donné envie d’écrire tout ce que vous lirez ci-après… Merci à elle)

Il pleut dehors. Il grêle même. Temps tout pourri qui vous déglinguerait un moral des plus accrochés. On doit sûrement payer pour les quelques heures de soleil qu’on a eues il y a 15 jours. Ou alors pour un autre truc plus grave. Même très grave. Vu qu’il fait carrément immonde.

Et pourtant…

Me demandez pas…

Je sais pas pourquoi…

Non, sérieux, je n’ai aucune explication qui tienne un tantinet la route. Pas l’ombre d’un chouïa d’une.

Mais voilà :

le temps dégueu, moi, JE M’EN FOUS !

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Z’avez bien lu, je m’en tape, je m’en cogne, je m’en fiche, je m’en branle ! Lire la suite

Alléluia…

Retour de réveillon. La voiture traverse Bruxelles silencieuse qui termine de fêter Noël. A la radio, « Allelujah » chanté par Jeff Buckley.

Le petit de l’Homme est blotti dans son siège à l’arrière de la voiture, il chantonne doucement sur la musique… Alléluia… Alléluia…

Je me tais. Je vis un moment parfait. Fait de bonheur, de chaleur et de paix.

Je sais que tout le monde n’aime pas Noël, que ce bonheur programmé et commercial est décrié.

Et pourtant… Lire la suite